chlorate de soude en bouteille

Utilisation du chlorate de soude en jardinage

Interdit à la vente en France depuis plusieurs années, le chlorate de soude fait partie des plus puissants désherbants qui existent. En jardinage, il est utilisé notamment pour éradiquer les mauvaises herbes des espaces non cultivés tels que les terrasses, les cours, les allées, etc. Cependant, en raison des risques qu’il représente pour la santé, son usage doit faire l’objet de beaucoup de précautions. Voici l’essentiel à savoir à ce sujet.

Présentation du chlorate de soude

Comme dit plus haut, l’utilisation du chlorate de soude en jardinage est soumise à certaines règles. Il convient donc d’en apprendre un rayon afin de savoir comment se comporter avec.

Le chlorate de soude : qu’est ce que c’est?

Pour faire court, le chlorate de soude est un concentré de NaCLO3. À l’état brut, il se présente sous la forme d’une poudre cristalline qui prend une couleur blanche ou jaune (et est semblable à du sel) une fois transformé. Il est soluble dans l’eau, sensible à l’humidité et peu résistant à la chaleur et au feu.

Le chlorate de soude est classé dans la catégorie des herbicides “non sélectifs” puisque son action désherbante détruit toutes les plantes sans exception. Et en plus de permettre d’éliminer les mauvaises herbes présentes dans les zones non cultivées, il peut être sollicité pour d’autres usages. Notamment pour le défanage des pommes de terre et pour supprimer une souche.

Histoire et changements 

L’utilisation de cet herbicide en jardinage remonte à plusieurs dizaines d’années. Jusqu’à il y a 20 ans, aussi bien les particuliers que les amateurs que les professionnels s’en servaient. Depuis, ces effets nocifs pour la santé ont été mis en évidence et son utilisation soumise à de nombreuses controverses.

Cependant, dans l’optique d’amoindrir ces risques, les désherbants réalisés à base de chlorate de soude ont connu au fil du temps de nombreuses modifications au niveau de leur composition. Ils sont passés d’une concentration de 99 % de NaCLO3, à environ 60 % afin de réduire les cas d’explosions enregistrés trop fréquemment.

Le chlorate de soude sera ensuite mélangé à d’autres substances afin de rendre moins réactifs les herbicides utilisés en jardinage.

La situation actuelle

Aujourd’hui et depuis 2009, le chlorate de soude est interdit de vente en France. Cette interdiction provient d’une décision de la Commission européenne (n° 2008/865/CE du 10 novembre 2008) qui a demandé de stopper sa commercialisation en raison de sa dangerosité. Le nombre d’accident et d’explosion semblait ne jamais décroître et ce malgré la réduction de son taux de concentration à l’intérieur des désherbants.

Quoique, les avis ne sont pas unanimes sur la question. De nombreux professionnels en jardinage continuent d’en accumuler des stocks et d’en faire usage. 

Avantages du chlorate de soude 

Bien qu’il soit soumis à autant de controverse, le chlorate de soude n’en demeure pas moins efficace principalement dans l’entretien d’espaces intérieurs.

  • Facile à utiliser : l’utilisation du produit a le mérite d’être à la portée de tous. Pas besoin de compétences particulières pour s’en servir.
  • Un désherbant écologique : contrairement à ce qu’on pourrait penser, le Chlorate de soude ne présente pas de grands dangers pour l’environnement. En effet, après sa pulvérisation, il se transforme après un certain temps en sels minéraux et pénètre le sol pour nourrir les plantes.
  • Un résultat rapide et une action durable : qui vous permettront notamment de gagner du temps d’en l’entretien de votre espace de jardin. Une fois les premiers résultats apparents, l’action contre les mauvaises herbes durera au moins 3 mois.

Inconvénients du chlorate de soude 

Cependant, il faut savoir que toutes ces qualités du chlorate de soude n’effacent pas son caractère extrêmement nocif. Il ne s’agit donc du désherbant parfait.

  • Un produit très toxique : en réalité et selon toute évidence, le produit est assez toxique. Puisqu’il s’agit d’un produit chimique. C’est pour cela qu’il est d’ailleurs recommandé de ne pas y être exposé trop longtemps.
  • Un désherbant non sélectif : son caractère “non sélectif” fait de lui un produit dont l’usage rend retissant certains. En effet, il n’établit aucune distinction entre les mauvaises herbes et les plantes décoratives par exemple.
  • Présente des risques d’explosion : oui, le chlorate de soude est un produit explosif. Cette particularité constitue d’ailleurs l’une des raisons de son retrait sur le marché.

Utilisation du chlorate de soude : comment s’y prendre?

L’emploi du chlorate de soude doit se faire avec beaucoup de minutie tout en respectant un certain nombre de précautions. Voici ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Les précautions indispensables

Tout d’abord, il est recommandé avant toute pulvérisation de se munir d’une tenue réglementaire. Cela vaut également pour :

  • les gants (étanches de préférence et allant de la main jusqu’au coude)
  • les lunettes de protection
  • un cache-nez pour protéger la bouche et le nez
  • et une tenue de votre garde-robe qui n’a plus grande utilité.

Prenez également le soin de protéger vos plantes et fleurs en les couvrant. Cela leur évitera d’être touchées. Ensuite, assurez-vous de toujours pulvériser autour de vous, pourquoi pas au ras du sol. 

Évitez tout usage de cet herbicide par temps de pluie. Car si les ruissellements d’eau le conduisent vers une plus grande étendue d’eau, cela représente un gros risque pour les animaux (qui en ingèreront) et pour les hommes puisqu’il pourrait être réinjecté dans les canalisations.

Après toute utilisation, assurez-vous de bien le ranger afin que les enfants n’y aient pas accès.

Le mélange à opérer

Cette phase est celle présentant le plus de risque puisqu’il vous faudra manipuler le produit. Le chlorate de soude est très sensible et une erreur de votre part pourrait occasionner une explosion. 

Il vous faudra au moins 1 litre d’eau pour 10 g de chlorate de soude

À quelle fréquence s’en servir ?

L’action du désherbant étant assez efficace, vous n’aurez pas à vous en servir trop fréquemment. En effet, chaque pulvérisation aura une action freinant l’apparition de mauvaises herbes pendant au moins 3 mois. Vous êtes donc sûr de ne pas être en contact avec le produit chaque semaine.

Cependant, nous vous recommandons fortement d’investir dans les équipements indispensables afin de limiter les émanations. Selon la taille des mauvaises herbes, 2 ou 3 pulvérisations au plus près de l’espace à traiter suffirent. Pas besoin d’en faire trop !