Closoir de faîtage

Closoir de faîtage : description, installation et conseils

Le closoir de faîtage est un matériau que vous devriez sans doute connaître si vous avez une toiture en tuile, en ardoise, en V ou en métal. Si ce n’est pas le cas, il est primordial que vous en sachiez plus à son sujet. Son rôle est prépondérant sur la ventilation de votre habitation, mais aussi sur le côté esthétique de sa couverture. Focus sur ce qu’il faut savoir sur le closoir de faîtage : description, pose et conseils.

Présentation du closoir de faîtage 

Ce matériau assez discret a de nombreux effets sur l’esthétisme et la robustesse de votre habitation. Il est facile à identifier, mais très peu en connaissent réellement l’utilité. 

Définition

Le closoir de faîtage n’est rien d’autre qu’une bande pouvant soit être en aluminium, soit en matériaux plus souples. À titre indicatif, c’est l’élément sur le sommet de la charpente votre installation de tuiles avec système flexoutuile. Il sert essentiellement à améliorer le système naturel de ventilation de votre toiture.

Par ailleurs, il est question d’un élément conçu avec des ingrédients non tissés et des bavettes froncées à l’aide d’un cordon auto-adhésif. C’est d’ailleurs sa composition qui en fait un accessoire facile à installer. Il suffit de simplement le dérouler sur une ligne pour couvrir la portion haute de votre toiture.

Quelles sont ses caractéristiques ?

Ce matériau de construction dispose d’un certain nombre de caractéristiques. Ce qui constitue d’ailleurs un atout. Car ces derniers pourront vous orienter dans le choix du closoir de faîtage idéal pour assurer la protection et une meilleure ventilation de votre toiture.

Tout d’abord, il est indispensable d’opter pour un matériau qui s’adapte au différent type de tuiles, quelles que soient leurs formes (plate ou non). Cela ne devrait pas être un problème puisque le closoir de faîtage se présente sous forme de rouleau et s’installe sur la partie haute de votre toiture.

Votre closoir de faîtage doit aussi répondre aux normes DTU 40.2 si vous voulez que la ventilation de votre toiture soit à son meilleur niveau. On les retrouve notamment parmi les produits de grandes marques telles que Thermo, BKM, Vario Roll…

Sachez enfin qu’en fonction de votre trésorerie, il vous est possible d’opter pour un closoir de faîtage ventilé ou non. Le tout dépend de vous. Nous vous recommandons toutefois, pour plus de confort de choisir la première option.

Les composants du closoir de faîtage

L’aluminium est ordinairement l’élément principal du closoir de faîtage. Les concepteurs expliquent ce choix par le fait que l’objectif est que le matériau soit assez léger et facile à manipuler sans toutefois faire des concessions en ce qui concerne sa rigidité et sa robustesse.

Cependant, aujourd’hui la plupart des marques mettent sur le marché des closoirs de faîtage faits en cuivre, en polyéthylène, en zinc ou en PVC. Ces derniers en plus des atouts connus du closoir de faîtage garanti une inviolabilité de vos combles.

L’élément de construction est également doté d’une bavette plissée dont le rôle est d’améliorer l’étanchéité de la toiture. Elle est assez vite reconnaissable, car il s’agit de la partie qui dépasse des tuiles. 

Il embarque aussi un cordon auto-adhésif afin que l’installation du matériau soit beaucoup plus facile. À noter par ailleurs que cela ne dispense pas de l’utilisation de clous et de vis.

Opter pour un closoir de faîtage : les raisons

Pour investir dans cet équipement de construction, ce ne sont pas les raisons qui manquent. Obligatoire pour son effet protecteur sur votre toiture, il rajoute une touche d’esthétisme au rendu visuel de votre maison. Découvrez donc pourquoi vous devrez absolument l’adopter.

  • Pour une couverture durable : c’est avéré, le closoir de faîtage optimise la résistance de votre charpente, de vos isolants et de la couverture de votre maison en générale. Ce qui aura pour effet de prolonger à coup sûr la durée de vie de cette dernière puisqu’aussi bien les éléments intérieurs que les éléments extérieurs sont protégés. Si vous optez pour un closoir de faîtage conçu avec un matériau résistant, cela vous garantit une durée de vie du dispositif d’au moins une dizaine d’années. Vous n’aurez donc pas besoin de le remplacer à tout moment. La seule chose que vous aurez à faire serait de procéder à un démoussage chaque 3 ans en moyenne afin de veiller à sa longévité.
  • Pour le rendu esthétique : en construction, on ne se délecte plus de la vue qu’offrent les closoirs de faîtage sur les toitures des maisons françaises. Il leur donne fière allure et offre un paysage différent de celui qu’offrent les tuiles avec leur couleur rouge. Si vous souhaitez assortir votre closoir de faîtage avec la façade de votre habitation, sachez que les fabricants proposent aujourd’hui différentes couleurs, et ce au même prix.
  • Pour éviter les infiltrations de l’eau : le closoir de faîtage veille également à l’étanchéité de votre habitation. Installé directement sur les tuiles, il empêche que l’eau ne s’infiltre durant la pluie. En hiver, il joue un rôle de chasse-neige. Retenez que, quelles que soient les conditions climatiques, ce matériau assure en permanence une bonne circulation de l’air dans les combles et plus généralement dans toute la maison.
  • Pour une bonne ventilation de la toiture : que votre résidence soit vaste ou assez petite, qu’importe, cet équipement de construction améliorera la qualité de la ventilation de la toiture. De quoi vous débarrasser des dépressions de chaleur.
  • Pour une meilleure protection : sachez enfin qu’il va dans votre intérêt d’opter pour la pose de closoirs de faîtage si vous souhaitez avoir un confort optimal dans votre habitation. En effet, le matériau renforce la sécurité de votre maison en empêchant la pénétration d’insectes, d’oiseaux, de poussières et de résidus de toutes sortes.

L’installation du closoir de faîtage

Avant d’installer votre équipement, vous devez savoir qu’il existe de nombreux paramètres qui pourraient avoir une influence. C’est notamment le cas de sa forme, sa couleur et sa taille.

Quel type de closoir de faîtage choisir ?

Trois principaux types sont disponibles sur le marché : le closoir rigide, le closoir souple et le closoir à peigne. Chacun d’eux présente des atouts qui lui sont propres. Faites votre choix selon ce que vous recherchez le plus.

  • Le closoir de faîtage rigide : privilégié pour sa longévité, il est généralement conçu en aluminium, mais plus récemment avec divers autres matériaux tels que le PVC, le polyéthylène, etc. En dépit de sa rigidité, il est assez résistant et facile à manipuler.
  • Le closoir de faîtage souple : la demande de ce type de closoir est très grande parce qu’il est extrêmement facile à poser. Il se présente sous forme de rouleau qu’il faudra juste déplier sur la toiture.
  • Le closoir à peigne : si ce que vous recherchez est l’aspect renforcement de la sécurité de votre maison, ce type d’équipement est celui qu’il vous faut.

Comment choisir la couleur ?

Il est recommandé de réaliser une association harmonieuse entre la couleur du closoir de faîtage et celle des tuiles. Cependant, la couleur marron est celle pour laquelle les clients s’arrachent.

Quelle est la taille idéale ?

Pour savoir s’il vous faut un closoir de grande ou de petite taille, il vous faudra vous référer à votre charpente. Cependant, il ne convient pas de prendre les mesures exactes. Il faudra que votre closoir déborde de quelques centimètres de chaque côté pour une étanchéité optimale.

Qu’en est-il de l’installation à proprement parler ?

Pour commencer, sachez qu’il est indispensable que vous ayez une base de travail suffisamment propre (sans mousses, ni poussières, ni résidus…). La pose se fait généralement sur une surface sèche ou sur béton. 

Une fois dans les bonnes conditions, déroulez votre closoir tout en le laissant déborder de 30 cm en moyenne de chaque côté de la double pente. En plus de la bande auto-adhésive de l’équipement, utilisez des clous et des agrafes pour bien le fixer.

Vous devez ensuite plier les closoirs sur les tuiles puis faites de petits trous sur leur partie haute. Cela facilitera la ventilation du toit. Pour un closoir de faîtage rigide, utilisez un raccord de 3 cm au moins contre 5 cm au moins pour un closoir souple. La prochaine étape consiste à retirer le film protecteur qui sert de couverture à l’équipement.

Vous devrez ensuite encoller la bavette située au sommet pour ne pas qu’il y ait des bulles d’air qui apparaissent. Coupez au cutter les extrémités du closoir puis placez les arêtiers.

Nos conseils pour l’installation d’un closoir de faîtage

Pour vous faciliter la tâche et éviter d’éventuels bémols, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel. Ce dernier s’occupera de toute la partie technique et veillera au respect des normes.

Par ailleurs, en prélude à l’installation de vos closoirs de faîtage, vous pouvez en acheter et en stocker sans problème. À condition de ne pas les déballer et de les entreposés dans un espace où la température n’excède pas 30 °C et à l’abri de l’humidité.